Les Chroniques des membres de La Gauche Moderne

Nos deux ennemis

Publié le 27 Mai 2012

Chronique de Christophe Chomant :
Nos deux ennemis


Nos deux ennemis, les deux ennemis du peuple français, sont : 1) La dette publique 2) Le chômage (qui est la source de nombreux autres maux – salaires tirés vers le bas, pauvreté, misère, injustices sociales, assistanat, souffrances, violences, insécurité, votes extrémistes…) Contre la dette, il est impératif de maîtriser et réduire les dépenses publiques. Dire le contraire, comme le fait le PS ou le PC, serait mentir aux gens. Nous avons trop dépensé. Nous devons donc réduire nos dépenses et rembourser nos dettes, comme pour le budget d’un ménage. La vérité est que, dans l’élan des « Trente Glorieuses », les pays occidentaux ont continué de dépenser au-dessus de leurs moyens. Aujourd’hui, nous devons impérativement rembourser notre dette et nous serrer la ceinture. C’est ce que font déjà depuis plusieurs années l’Allemagne et les pays du nord (raison pour laquelle ces pays retrouvent aujourd’hui la croissance). Contre le chômage, il est mauvais de dépenser de l’argent public, comme le proposent les socialistes et les communistes, pour créer de faux emplois subventionnés, tenus à bout de bras par des finances publiques déjà très endettées. Contre le chômage, il est indispensable, au contraire, d’aider les entreprises privées à créer de vrais emplois productifs et durables, car seules les entreprises privées ont la capacité de créer de vrais emplois. Comment procéder ? En allégeant les charges sociales qui pèsent sur le travail en France, et qui sont parmi les plus élevées d’Europe. Comment alléger ces charges ? Encore et toujours, en maîtrisant et en réduisant nos dépenses publiques. Car moins l’État coûtera cher, moins il devra ponctionner sur les entreprises. De quelle façon ? En faisant la chasse aux dépenses inutiles, aux gaspillages ou aux abus de toutes sortes (dans le social, dans la santé, dans la fonction publique… partout là où l’État dépense de l’argent). Récapitulons : Contre nos deux ennemis que sont la dette et le chômage, il est nécessaire de maîtriser et réduire les dépenses publiques. Quid d’un « volet de croissance », comme le propose F. Hollande ? Comme l’a récemment indiqué Christine Lagarde, présidente du FMI, même l’éventualité d’un volet de croissance ne pourra pas faire l’économie d’un assainissement des finances publiques, ce pour la France et pour les pays d’Europe, et en premier lieu ceux de l’Europe du sud (l’Allemagne et les pays du nord ayant déjà accompli cet assainissement). Faire croire au peuple que cet assainissement n’est pas nécessaire conduit dans le mur, et à des déceptions qui jetteront notre pays dans les bras des extrémismes politiques, comme ce fut le cas au cours des années 1930. Ces idées, claires et simples, que pourrait comprendre un élève d'école primaire, concernent tous les électeurs de notre pays. Elles touchent non seulement les électeurs socio-démocrates, centristes et républicains que nous rassemblons, mais également les électeurs socialistes, communistes et FN. Car nous sommes tous embarqués sur un même bateau, et en cas de naufrage chacun d’entre nous en paiera les conséquences.

Christophe Chomant