Les Chroniques des membres de La Gauche Moderne

Lutter contre le chômage : les recettes magiques de François Hollande

Publié le 03 Avril 2012

Chronique de Simon-Pierre Trezeguet

Interrogé sur Europe 1 mercredi matin sur ce qu’il ferait pour lutter contre le chômage, François Hollande a apporté des éléments de réponse.

1/ Rajouter une dimension Croissance aux traités européens.  Il faut bien sûr se féliciter de cette intention.  Mais comment la mettre en œuvre ? Quelles pistes concrètes sont avancées ? Faut-il créer un impôt européen pour financer plus largement de grands projets d’infrastructure et de recherche ?

Est-il raisonnable et réaliste de prendre en otage le sauvetage de la Grèce, accord durement négocié entre la pression des marchés, qui impose que les Européens se mettent d’accord à 27 rapidement, et les contraintes constitutionnelles allemandes qui interdisent pour aujourd’hui les Eurobonds ?

M. Hollande doit donc dire de manière claire et directe : dénoncera-t-il l’accord de sauvetage de la Grèce (au risque de plonger celle-ci et l’Espagne notamment dans des difficultés encore plus grandes) ou est-il prêt à manger son chapeau si nos partenaires ne veulent pas le suivre ?

De toute façon, le temps de négocier des clauses plus directement liées à la croissance économique et de les mettre en œuvre prendra plusieurs années, et cela n’aura donc aucun impact à court-terme sur le chômage en France.

2/ Le contrat de génération est LA grande idée de M. Hollande.  L’idée est de coupler le maintien dans l’emploi d’un senior avec le recrutement d’un débutant.  C’est un dispositif qui vise à financer le temps passé par le senior à former le débutant par l’allègement de charges pesant sur les 2 salariés.

Par principe, cette mesure ne fera rien pour lutter contre le chômage en général.  Elle n’aura, si elle fonctionne, que pour effet de transférer des recrutements d’une partie de la population (les personnes peu expérimentées) vers une autre (les personnes sans expérience).  Le seul impact sera sur les comptes sociaux, avec plus de déficits encore, car, par effet d’aubaine, les entreprises les mieux structurées utiliseront ce dispositif au mieux de leurs intérêts.  On n’aura donc aucunement résorbé le chômage, mais aggravé plus encore les déficits.

3/ 150 000 emplois jeunes seront créés.  On aurait pu penser que l’histoire aurait enseigné une leçon au Parti Socialiste.  Les emplois aidés ne servent à rien ; ils contribuent à aggraver les déficits.  Au mieux, ils représentent une mesure d’accompagnement du chômage conjoncturel, dont les jeunes sont les premières victimes.  En l’occurrence, la France doit faire face non seulement à un chômage structurel autour de 9%, mais aussi à un chômage conjoncturel qui dépasse les 10%.  Face aux plus de 2 millions de chômeurs, à quoi vont vraiment servir les 150 000 emplois jeunes ?

En conclusion, le candidat Hollande propose 2 mesures catégorielles, en faveur des jeunes, vus comme cible électorale.  Ces 2 mesures auront un impact négatif sur les déficits et un impact nul sur le taux de chômage.  Il propose également de renégocier les traités européens.  Si tout se passe bien, la France, en 2017, pourrait commencer à voir les bénéfices de ces discussions.

En revanche, le candidat Hollande ne propose rien pour relancer la compétitivité de l’industrie et de l’agriculture françaises, condition sine qua non de la croissance.  Le candidat Hollande est-il favorable à la flexisécurité comme la Gauche Moderne le propose, ou sur une ligne plus proche du Front de Gauche ?

Sur un sujet aussi essentiel, il est triste de voir le flou, les erreurs d’analyse, et le manque d’idées du candidat socialiste.  Il nous ressort du tiroir PS des recettes magiques ancestrales.  Tout le monde sait que cela n'est pas vrai, que ce ne sont que des illusions, mais il est tellement confortable et plaisant d'y croire...

Simon-Pierre Trezeguet
le 29 mars 2012