L'actualité de l'Union

des Démocrates et indépendants

Publié le 03 Décembre 2012

Les membres de l’UDI Réunion en rangs serrés - Louis-Bertrand Grondin

Réunis dans le sud de l’île mercredi soir, une vingtaine d’élus représentants diverses forces politiques locales - de la Gauche moderne à la Droite sociale - ont officialisé leur implication dans la Fédération départementale de l’Union des démocrates indépendants (UDI) dont la constitution est prévue au premier trimestre 2013.

"Sur un navire, l’hélice qui le propulse est toujours située à l’arrière à l’image de l’extrême Sud de l’île qui est un prolongement de l’UDI Réunion". Le clin d’œil de Stéphane Fouassin à Olivier Rivière n’est pas passé inaperçu. C’est d’ailleurs sur les terres du maire et conseiller général de Saint-Philippe, que les différentes composantes de l’UDI péi se sont retrouvées mercredi soir. En discussions sur le plan de vol du parti qui n’en est encore qu’à ses premiers balbutiements, une vingtaine d’élus issus de différentes forces politiques locales - sept au total - ont acté leur collaboration à l’UDI Réunion.

Après le rassemblement intervenu à Saint-Denis il y a bientôt un mois, cette "réunion d’information" constituait un moment essentiel dans la perspective de l’assemblée constitutive du parti. Programmée en mars 2013, cette étape sera l’occasion de désigner les futurs dirigeants de cette émanation locale de l’union créée par Jean-Louis Borloo en octobre dernier. En l’absence "remarquée" de Nassimah Dindar, la Droite sociale y était représentée par Ibrahim Dindar tandis que la Portoise Valérie Aubert relayait la voix du Nouveau Centre aux côtés de la Gauche Moderne.

Un mouvement symbolisé par le conseiller de la majorité régionale, Louis-Bertrand Grondin, et du maire de Salazie, Stéphane Fouassin. Proche de Didier Robert et du mouvement "La Réunion en confiance", celui-ci portait la voix de la Force européenne démocrate (Fed).

"pas une voie de garage"

Au-delà de ces quatre sensibilités et des alliances nouvelles qui en résulteront, le responsable du Parti Radical, Guillaume Elisabeth, a également tenu à se joindre à cette réunion fondatrice sans oublier Cyrille Hamilcaro. Mercredi soir, le conseiller général saint-louisien était chargé de représenter Serge Camatchy pour le mouvement Émergence Réunion en présence de nombreux adhérents directs tels que l’ex-président du Modem, Michel Lagourgue, le maire "sans étiquette" Olivier Rivière ou encore Anne-Marie Papy, Dominique Mardaye et les valeurs montantes, Patrick Malet, Laurent Grosset et Sabrina Maillot.

Dans leur viseur, les échéances électorales qui marqueront à coup sûr la vie politique réunionnaise en 2014 (municipales, européennes, sénatoriales) et 2015 (cantonales et régionales). "Pour être sincère, tous les élus qui composent ce mouvement sont des centristes de la première heure" explique Stéphane Fouassin évoquant la "transformation de l’ex-UDF en UDI" et l’intérêt rencontré par les ailes centristes des grands partis.

Misant plutôt sur "une vision convergente de la politique" et les "valeurs partagées" des différents élus concernés par ce projet, l’ex-membre d’Objectif Réunion, Olivier Rivière, rappelle que l’UDI Péi "ne constitue pas une voie de garage pour déçus de la droite" mais plutôt une "opportunité donnée à tous ceux qui ont une carte à jouer sur l’échiquier politique local"

Retrouvez cet article de Ludovic Robert paru le 30 novembre 2012 sur le site www.clicanoo.re