L'actualité de l'Union

des Démocrates et indépendants

Publié le 06 Février 2013

Lancement de l'UDI à Aix-en-Provence le 4 février 2013

Aix : l'ex-ministre de la Défense vient miner le jardin de la droite

Publié le mardi 05 février 2013 - La Provence

 

Hervé Morin a lancé hier soir la coordination aixoise de l'UDI et propulsé Bruno Genzana pour 2014

La dernière fois qu'Hervé Morin s'est retrouvé dans une salle aixoise avec plusieurs centaines de personnes à l'intérieur et d'autres qui piétinent sur le perron, c'était en octobre 2011, au Jas de Bouffan. Lui était président du Nouveau Centre et l'époque plutôt au discours guerrier d'un candidat à la présidentielle pas encore tout à fait déclaré mais qui venait adouber avec moult formules peu amènes envers l'UMP locale, un futur candidat (NC) à la législative, Bruno Genzana. Les candidatures de l'un, comme de l'autre, ont fait pschitt.

Hier soir, dans les salons plus cosys de l'hôtel Aquabella, la foule était au rendez-vous : on prenait les deux mêmes, mais dans leurs habits de l'UDI, la nouvelle formation centriste présidée par Jean-Louis Borloo, qui s'offre une antenne aixoise. Et on élargit le cercle. Du moins, on signe la paix des braves le temps de la conférence de presse. Puisque faute de candidature de Bruno Genzana, qui avait renoncé dans la XIe

circonscription, Hervé Morin himself, avait investi au titre du Nouveau Centre dans la XIVe, en juin dernier, Michel Boulan, le maire UMP de Châteauneuf-le-Rouge, qui a forcément aussi un peu participé à la défaite de Maryse Joissains. Ah non mais attendez, tout ça, "c'est du passé", soufflent en choeur Bruno Genzana et Sophie Joissains, qui siège au Sénat dans le groupe UMP "par loyauté à Jean-Claude Gaudin" mais qui, en tant qu'adhérente au Parti radical, émarge à l'UDI.

Tout comme Patricia Larnaudie, adjointe dans la majorité UMP Joissains, mais qui reste encartée Gauche Moderne. Il faut suivre.

Le tout étant chaperonné par Arlette Fructus, la coordinatrice départementale, qui voit avec bonheur, "malgré quelques épisodes chaotiques" se créer un peu partout, d'Aubagne à Salon en passant par Aix des coordinations locales de l'UDI et déjà 1300 adhérents dans le département. L'objectif ? Les municipales en 2014, d'abord. Mais pas que. "L'UDI, ce n'est pas la dernière cigarette du condamné à mort : nous voulons être en capacité de peser sur les choix politiques d'une future majorité, explique Hervé Morin. Et nous, nous savons où nous sommes politiquement : très clairement positionnés dans un accord avec un parti de droite, au moins aussi longtemps que le PS sera aussi con". Ça, c'est fait, histoire de ne pas confondre avec le MoDem.

Exister aux municipales d'accord, mais exister comment à Aix, alors que la sortante UMP vient d'annoncer qu'elle briguerait un troisième mandat ? "Une municipale, ce n'est pas un fanion politique mais un homme ou une femme qui porte un projet", balaie, toujours en conférence de presse, Hervé Morin, qui au titre du Nouveau Centre -qui existe encore- offrira volontiers une investiture à Bruno Genzana. Laquelle devra être passée à la moulinette de la commission d'investitures présidée par Jean-Louis Borloo qui aura peut-être autant de candidats que de formations dans l'UDI (soit cinq...).

Quid d'une union dès le premier tour ou d'une primaire à droite avec alliance au deuxième ? Toutes les hypothèses restaient encore ouvertes : "Chaque chose en son temps, ce soir c'est un baptême", aspirait Bruno Genzana. Et si Aix, ville d'eau, d'art, d'universités et de professions judiciaires, ouverte sur l'Europe, la ville qui a voté "oui" à Maastricht et au Traité constitutionnel européen quand la France disait "non", correspond parfaitement "à l'ADN de l'UDI", les rapports de force avec l'UMP sont engagés. "L'humanisme, le pragmatisme, c'est notre carte de visite", adoucissait Sophie Joissains.

Il va falloir en abuser pour exister sans s'étriper. Puisque dernier orateur de la réunion publique qui a suivi la conférence de presse tout en rondeurs, Hervé Morin a tombé le masque, présentant Bruno Genzana comme "notre futur candidat à Aix" et l'exhortant à conduire une union la plus large possible. Comme on pose une mine dans le jardin de la droite aixoise.


L'UDI, c'est quoi ?

L'UDI pour Union des démocrates et indépendants fédère cinq partis politiques : le Nouveau Centre d'Hervé Morin, le Parti radical de Jean-Louis Borloo , l'Alliance Centriste de Jean Arthuis, la Gauche Moderne de Jean-Marie Bockel et Force Européenne Démocrate de Jean-Christophe Lagarde. Son positionnement ? "Un parti de centre et de centre droit, qui situe son action dans une opposition responsable face à l'actuelle majorité de gauche".

29 députés siègent au groupe UDI à l'Assemblée et 31 sénateurs au groupe d'Union Centriste et Républicaine. Actuellement, l'UDI est présidée par Jean-Louis Borloo, Hervé Morin étant président du Conseil national.


Retrouvez cet article d'Alexandra Ducamp Publié le mardi 05 février 2013 sur le site www.laprovence.com