L'actualité de l'Union

des Démocrates et indépendants

Publié le 15 Octobre 2012

«Construire une nouvelle formation au centre droit»

Nous nous organisons localement pour construire une nouvelle formation au centre droit.» Assemblée générale constitutive le 21 octobre à la Mutualité.

Gilles Craspay, président du Parti radical, Sylvie Izdag (Alliance centriste) et Michel Rebollo (Gauche moderne)

«On est dans un mouvement qui va se clarifier dans le temps d'ici le premier semestre 2013», déclarait, hier, Gilles Craspay, président du Parti radical, qui évoquait, à l'hôtel Brauhauban, la toute nouvelle Union des démocrates et indépendants (UDI), présidée par Jean-Louis Borloo. «Il s'agit d'annoncer que nous nous organisons localement pour construire une nouvelle formation au centre droit.» Assemblée générale constitutive le 21 octobre à la Mutualité.

«Nos alliances seront clairement affirmées, précise Gilles Craspay, l'objectif étant d'avoir une force significative à droite et au centre droit, pouvant s'articuler avec les forces des droites existantes dans des alliances à venir. Mais pas de réflexion possible avec le FN, en faire une force marginale.» Pour l'heure, le PR compte une centaine d'adhérents qui éliront les instances. Les municipales sont le point de mire : «Il faut un parti en ordre de marche, préparer les candidats, former des listes. On aura un bureau dans le département.» Aux côtés de ce représentant se tient Sylvie Izdac (Alliance centriste) qui insiste sur «le désir de faire une Europe sociale, fédérale, ayant une convergence fiscale».

Également présente, Véronique Lipsos-Sallenave (Nouveau Centre) confirme : «Nous sommes impliqués dans la démarche. Nous mettons en avant des valeurs humanistes, sociales».

De son côté, Michel Rebollo, pour la Gauche moderne, estime : «Tous éparpillés, nous ne représentons rien. On est d'accord pour suivre Jean-Louis Borloo». Enfin, Jean-Bernard Saint-Pastous, 1er adjoint au maire de Bagnères, déclare : «J'ai quitté le MoDem. J'espère qu'on pourra refonder ce centre droit. C'est important pour compenser ce que n'a pas réalisé le MoDem».

> Retrouvez cet article de J. Battoue paru le 1° octobre 2012 sur www.ladepeche.fr