Que se passe-t-il réellement à Alep ?

Communiqué de Jean-Marie BOCKEL

Le conflit syrien, qui sévit depuis maintenant 4 ans, met la population syrienne dans une situation humanitaire de plus en plus catastrophique.

Les organisations humanitaires ont dénoncé à de multiples reprises les nombreuses pénuries qui touchent la population civile (nourriture, électricité, carburant, eau potable).

À Alep, ville actuellement partagée entre les groupes d’opposition et les forces du régime syrien et lieu de violents affrontements, la population civile de plus de 2 millions d’habitants est la première victime des pénuries, et notamment de la pénurie d’eau potable.

La principale station de pompage d’eau de la ville, privée d’électricité, fonctionne désormais au carburant, dont la pénurie est également annoncée.

Alors que les températures dépassent à Alep quotidiennement les 40 degrés, il est facile de se représenter l’extrême urgence de la situation humanitaire !

Faisons-nous fasse à une pénurie organisée ? L’eau est-elle aujourd’hui utilisée comme arme de guerre en Syrie par les différentes forces en présence ?

Si la solution politique au conflit syrien ne peut pas et ne doit pas se trouver dans la précipitation, la situation humanitaire doit, elle, être adressée dans l’urgence. Ainsi, l’UDI appelle la communauté internationale à ne pas fermer les yeux devant les souffrances des habitants d’Alep et à communiquer largement sur ces enjeux vitaux pour que les actions humanitaires y soient renforcées.

 

Communiqué de Jean-Marie BOCKEL

Sénateur du Haut-Rhin

Vice-Président de l'UDI

Porte-parole en charge de la politique étrangère

et

Président de La Gauche Moderne