Jean-Marie Bockel : Aider les enfants, c’est Mission possible

A Drancy, des enfants en difficulté sont épaulés par une association. Jean-Marie Bockel, chargé d’une mission parlementaire sur la prévention de la délinquance, lui a rendu visite.

«C’est un ministre », annonce aux enfants une responsable de l’association Mission possible. Les petites filles ne sont guère impressionnées. «Vous voulez goûter les muffins qu’on a faits ? »demande l’une d’elles. « Je n’osais vous le demander », sourit Jean-Marie Bockel. Alors qu’il était encore secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la Justice, l’an dernier, ce dernier devait rendre visite à cette association de prévention spécialisée qui mène à Drancy et dans trois autres villes (Amiens, Paris et Villeneuve- la-Garenne) un travail socio-éducatif original auprès d’enfants de 6 à 12 ans.
Remercié du gouvernement mais chargé d’une mission parlementaire sur la prévention de la délinquance jusqu’à l’été, il a tenu promesse en faisant sa première visite hier à Drancy.
Mission possible s’est implantée en septembre 2009 dans la ville, au cœur d’une petite cité non loin de la mairie. Jean-Marie Bockel et Céline Guillet, la magistrate qui l’accompagne dans sa mission, ont poussé la porte de l’association en plein goûter. Dans une pièce colorée d’affiches de cirque et d’autoportraits en clowns, sept enfants l’attendaient autour de gâteaux au chocolat. « Le thème de l’année est le cirque et on répète le spectacle qu’on va présenter lors de la fête de la ville, puis dans le parc de La Courneuve », précise Brigitte Dauzin, la chef du service éducatif. Mission possible suit 17 enfants et autant de familles, qui se trouvent dans une situation difficile ou vulnérable. L’an dernier, elle a accueilli jusqu’à 22 enfants et 20 familles. « Pas seulement des petits qui travaillent mal, des petits qui ne vont pas bien, ne trouvent pas leur place », précise Kali Tawizgant, coordinatrice des Mission possible.

Leur redonner confiance

L’équipe drancéenne, qui accueille les enfants chaque jour après l’école, le mercredi après-midi, la moitié des vacances et parfois le week-end lors de sorties familiales, les suit dans tous les domaines, éducation, développement des savoirs, psychologie, santé, parentalité… « Nous essayons, dans cette période clé de la vie, de leur redonner confiance en eux, de les valoriser, ainsi que leurs parents, explique Brigitte Dauzin. Nous leur rappelons aussi les règles de vie en groupe, le respect. Mais nous ne le faisons pas à la place des familles, nous les accompagnons. »
Après un an et demi d’expérience à Drancy, Mission possible reçoit de plus en plus de demandes, y compris de parents en souffrance, et la création d’une deuxième antenne est évoquée dans le sud de la ville, soutenue par la municipalité. Jean-Marie Bockel est séduit et s’en inspirerait volontiers au niveau national. « C’est un dispositif très innovant sur une tranche d’âge que la prévention ne prend généralement pas en charge, et efficace parce qu’il travaille en réseau de proximité. Ici, les gamins ne sont pas coupés en morceaux. »

Retrouvez cet article paru le 28 avril 2011 sur leparisien.fr