Frappes aériennes françaises contre Daech en Syrie : une décision tardive mais nécessaire

 

Jean-Marie BOCKEL salue l’annonce faite ce jour par le Président Hollande de la mise en œuvre de vols de reconnaissance en Syrie dans le but probable de frappes aériennes françaises dirigées contre Daech.

Cette décision aurait en réalité dû être prise il y a déjà plusieurs mois, alors que l’Etat Islamique témoigne toujours davantage de sa barbarie au Proche et Moyen-Orient, mais également sur notre territoire national, et que des millions d’hommes et femmes fuient leur pays dans des conditions catastrophiques, présentant à l’Europe une situation humanitaire dont la gestion concrète se fait, elle aussi, attendre.

Si elles ne seront pas suffisantes, nos frappes aériennes apporteraient le soutien nécessaire à la lutte contre une organisation fanatique qui s’attaque quotidiennement aux valeurs humanistes que notre nation se doit de défendre. Il ne s’agit pas ici d’un quelconque interventionnisme, mais bien de notre sécurité nationale.

Pour être efficaces, ces frappes aériennes devront néanmoins soutenir une présence au sol. Monsieur BOCKEL considère que celle-ci doit être assurée par une coalition internationale incluant les puissances militaires régionales, qui ont la légitimité d’agir sur ces territoires.

 

Communiqué de Jean-Marie BOCKEL

Sénateur du Haut-Rhin

Vice-Président de l'UDI

Porte-parole en charge de la politique étrangère

et

Président de La Gauche Moderne

Contact presse :