Elections cantonales: Bockel propose des candidatures communes à Borloo et Morin

Le président de la Gauche Moderne,  le Mulhousien Jean-Marie Bockel, a proposé au Parti radical de Jean-Louis Borloo et au Nouveau Centre d'Hervé Morin des candidatures communes pour les cantonales, a-t-il déclaré, ce vendredi à la veille d'un conseil national de son parti.
Jean-Marie Bockel, qui veut incarner «l'aile gauche de la majorité présidentielle», a précisé avoir rencontré jeudi Hervé Morin pour lui «proposer des investitures communes à (leurs) trois formations», alliées ou associée à l'UMP, pour le scrutin de mars.
Il fera de même auprès de Jean-Louis Borloo qu'il rencontrera mardi, les discussions sur les investitures entre le Parti radical (co-fondateur de l'UMP) et l'UMP -qui sont tous deux liés par un contrat d'association- n'étant «pas closes», selon  le président de la Gauche Moderne.
«Ce qui a manqué aux centristes jusqu'à présent, c'est un rapport de force avec l'UMP sur les alliances électorales», a expliqué l'ex-maire de Mulhouse.
En outre, en vue des échéances électorales de 2011 (cantonales, sénatoriales) et de 2012 (présidentielle et législatives),  Jean-Marie Bockel va demander au sénateur-maire UMP de Marseille, Jean-Claude Gaudin, de réactiver le «comité de liaison» de la majorité qu'il pilote en tant que président de la Commission nationale des investitures de l'UMP. Ce comité est resté en sommeil depuis les régionales de mars dernier.
Ancien socialiste «social-libéral» rallié à Nicolas Sarkozy en 2007,  Jean-Marie Bockel entend garder «toute (sa) place au sein de la majorité» et veut «parallèlement participer à une confédération des centres» qu'il appelle de ses voeux.
Cette «confédération» permettra, selon lui, de «balayer plus largement au centre», lors de la présidentielle, et avant même cette échéance «de rééquilibrer la majorité par rapport à ce qu'est le gouvernement aujourd'hui», après un remaniement défavorable aux centristes.
L'ancien secrétaire d'Etat d'ouverture  ne pose «aucun préalable» à la participation de la Gauche moderne (1.500 adhérents) à cette confédération des Centres, contrairement à d'autres responsables centristes, comme Hervé Morin ou Jean Arthuis (Alliance centriste).
Ces derniers appellent tous deux le parti de Jean-Louis Borloo (toujours membre de l'UMP) à s'émanciper totalement du parti majoritaire. Cette question doit d'ailleurs être tranchée par les militants radicaux, lors d'un congrès début 2011.
La Gauche Moderne réunit à huis clos samedi un conseil national pour évoquer la situation politique après le remaniement et avant les cantonales.

Retrouvez cet article pari le 27 novembre 2010 sur le site lalsace.fr