Communiqué du Bureau Politique National de La Gauche Moderne - 10 mai 2012

La Gauche Moderne a réuni, le mercredi 9 mai 2012, son Bureau national afin de dresser un bilan de l’élection présidentielle et évoquer les prochaines échéances législatives, des 3, 10 et 17 juin prochains.

Respectueuse du choix exprimé par les Français, le 6 mai, faisant de François Hollande le Président de toutes les Françaises et Français pour les cinq prochaines années, La Gauche Moderne a rappelé que les défis considérables nés des soubresauts de la crise qui a secoué le continent européen depuis deux ans avec une gravité inégalée impliquent une République apaisée, comme l’exemplarité de la transition entre Nicolas Sarkozy et François Hollande le confirme.

La Gauche Moderne a tenu à saluer l’action déterminante, courageuse, indispensable pour l’avenir de notre pays que Nicolas Sarkozy a su engager avec passion, détermination et efficacité depuis cinq ans.

Solidaire de son engagement auprès de ce dernier, La Gauche Moderne estime que le constat dressé en 2007 - quant à un parti socialiste pris en otage de ses propres contradictions et de ses oppositions d’égos - demeure hélas inchangé.

Une nouvelle page s’ouvre donc, dans laquelle La Gauche Moderne a décidé de s’engager résolument autour des 23 candidats aux législatives et les suppléants qui se présenteront en son nom aux suffrages des Français, à l’étranger comme sur les territoires de la République.

La courte défaite de Nicolas Sarkozy, accompagné par un nombre déterminant de votes blancs et nuls, dans un contexte d’abstention,certes amoindri, confirme la nécessité pour la campagne législative qui s’annonce et au-delà, d’ancrer aux côtés de l’UMP, dans l’unité préservée, une dynamique de rassemblement et de fédération de tous ceux qui se reconnaissent dans les valeurs centristes, humanistes, républicaines et sociales libérales, comme l’y a appelé du reste, son président, Jean-Marie Bockel, le 6 mai au soir.

C’est à cette tâche ardue mais ô combien indispensable à l’expression plurielle des valeurs d’égalité et de justice sociale au service de la réforme juste que La Gauche Moderne souhaite s’engager auprès de ses partenaires radicaux et centristes pour les prochaines semaines à venir.

Un appel à s’exprimer en direction des Français sous cette même bannière fédératrice a donc été lancé, afin que l’expérience de l’Alliance républicaine, écologiste et sociale (ARES) qu’elle avait largement contribué à créer, se poursuive sous une nouvelle forme et une impulsion retrouvée.