Bockel défend Borloo sur sa présence à la réunion du groupe UMP

Le président de la Gauche Moderne, Jean-Marie Bockel, a défendu mercredi la présence, la veille, de Jean-Louis Borloo à la réunion du groupe UMP à l'Assemblée nationale, quelques jours après l'annonce de son départ du parti majoritaire, en estimant qu'il se comportait «de manière responsable».


Selon des participants à la réunion, le député et président du Parti radical était présent et a applaudi l'appel à «l'unité» de la majorité lancé par le Premier ministre, François Fillon.

«Vous êtes déjà en train de raconter votre propre histoire», a réagi M. Bockel, interrogé sur cette présence et son caractère «contradictoire» lors de l'émission «Preuves par 3» Public Sénat/AFP.

«Moi j'ai eu le récit de Borloo lui-même hier. Borloo est allé à une réunion du groupe où il est apparenté, il savait qu'on allait évoquer les questions internationales, qui sont aujourd'hui des questions sensibles, il se comporte de manière responsable», a fait valoir le sénateur RDSE du Haut-Rhin.

«Il y a une chose qui est certaine, c'est que Jean-Louis Borloo est engagé aujourd'hui», a-t-il poursuivi.

«Il a brûlé ses vaisseaux, il est engagé dans une démarche qui l'amènera à une candidature. C'est l'objectif qu'il s'est fixé. Il y met toute son énergie, toute sa volonté, tout son talent. Ce n'est pas le Borloo hésitant qu'on décrit parfois ou qu'on décrivait, pusillanime», a estimé le sénateur centriste.

«Il va y aller, mais il faut naturellement que les conditions au fur et à mesure soient remplies», dit M. Bockel.

Interrogé pour savoir si Jean-Louis Borloo était plus proche de Nicolas Sarkozy ou de Dominique Strauss-Kahn, il a répondu «joker». Puis il a déclaré que l'ancien numéro 2 du gouvernement était «un homme libre». «Il est clairement dans la majorité, il l'a dit mais il ne s'interdira pas de prendre les bonnes idées là où elles sont, d'avoir un dialogue avec d'autres», a-t-il affirmé.

Retrouvez cet article paru le 13 avril 2011 sur le site L'Alsace.fr