Ratification du Traité sur le commerce des armes J-M Bockel salue « une avancée substantielle »

Publié le 10 Octobre 2013

Communiqué - Paris, le 08 octobre 2013


Jean-Marie Bockel, sénateur du Haut-Rhin, ancien ministre et vice-président de l’UDI est intervenu ce jour au Sénat dans le cadre de l’examen du projet de loi autorisant la ratification du Traité sur le commerce des armes (TCA).

Alors que l’on dénombre plus de 800 millions d’armes légères et de petits calibres en circulation dans le monde, responsables de près de 500 000 morts par an, la prolifération est trop souvent lue sous son seul angle nucléaire, biologique ou chimique.

« Il s’agit là d’une analyse à compléter », précise le Sénateur. « Plus de 90% des victimes d’un conflit international sont le fait d’armes dites conventionnelles. Préserver la paix et la sécurité internationale, c’est avant toute chose parvenir à la maitrise des armes classiques et conventionnelles. »

LIRE LA SUITE


Drame de Lampedusa : Communiqué de Jean-Marie Bockel

Publié le 08 Octobre 2013

Communiqué de M. Jean-Marie Bockel

« Drame de Lampedusa : Une inacceptable vérité de part et d’autre de la Méditerranée »


Au-delà de l’effroyable tragédie humaine qui a coûté la vie à 300 migrants africains, majoritairement érythréens, embarqués clandestinement sur un navire qui a pris feu au large des côtes italiennes, non loin de l’île sicilienne de Lampedusa, de nombreuses voix se sont fait entendre sur la nécessité de réformer Schengen.

Il faut, en effet, enfin s’accorder sur une politique d’immigration globale, en renforçant notamment les moyens de contrôle, principalement maritimes, aux frontières extérieures de l’UE, entre l’Afrique et l’Europe, ici à Lampedusa, entre l’Asie et l’Europe, à la frontière gréco-turque.

LIRE LA SUITE


Conseil de l’Europe – Intervention de Jean-Marie Bockel

Publié le 05 Octobre 2013

Jean-Marie Bockel est intervenu, mercredi 2 octobre 2013, lors du débat de l’Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe, sur le fonctionnement des institutions démocratiques en Bosnie-Herzégovine.

Jean-Marie Bockel : À ce stade du débat, je crois que tout a été dit, et fort bien, comme d’ailleurs à l’instant, sur le sens et l’utilité de ce rapport, et beaucoup d’interventions convergent. C’est quelque chose entre un électrochoc et une piqûre de rappel, et je crois que nos collègues le comprennent bien comme tel. Le Conseil de l’Europe, c’est vrai, oblige. Le Conseil de l’Europe, c’est une fierté, mais ce sont également des devoirs.

En ce qui concerne l’accord intervenu hier à Bruxelles, un collègue disait que nous ne sommes pas sous les ordres de Bruxelles. Sans doute, mais je crois au contraire que la perspective du débat d’aujourd’hui et celle de la présentation du rapport – ainsi que d’autres éléments, bien entendu – ont contribué à l’accélération du processus qui a conduit à l’accord et au calendrier avec la date du 10 octobre. Voilà un accord qui ne renvoie pas aux calendes grecques. De ce point de vue le rapport est extrêmement utile.

LIRE LA SUITE


Jean-Marie Bockel Conflit en Syrie « La précipitation n’est pas une méthode d’action »

Publié le 06 Septembre 2013

Communiqué de Presse du mercredi 4 septembre 2013 :

Jean-Marie Bockel, sénateur du Haut-Rhin, vice-président de l’UDI, ancien ministre, est intervenu ce jour en séance au sujet de la situation en Syrie. Pour le sénateur, « Si la communauté internationale ne peut rester figée face à des crimes d’une telle gravité, elle se doit d’y apporter une réponse appropriée. Une intervention militaire, même ciblée et ponctuelle, ne peut se faire dans la précipitation, sans prendre en compte ses multiples implications géopolitiques et la complexité de la situation. »

Le sénateur rappelle que, à l’instar des Etats-Unis, les grands pays démocratiques s’attachent à obtenir le soutien de leur Parlement afin de forger une position nationale plus forte et cohérente : « Dès lors, il est politiquement difficile de prendre la décision d’engager nos forces sans que le Parlement puisse préalablement s’exprimer sur par un vote. »

 

LIRE LA SUITE


Le « rééquilibrage » américain vers la région Asie-Pacifique est une opportunité pour l'Europe

Publié le 01 Juillet 2013

Le « rééquilibrage » américain vers la région Asie-Pacifique est une opportunité pour l’Europe, saisissons-la !

Par Jean-Marie BOCKEL, Sénateur du Haut-Rhin, Ancien Ministre, Vice-président de l’UDI
Publié par le Huffington Post le 30 juin 2013

"La sécurité de l'Europe est une pierre angulaire de la politique étrangère américaine", indiquait en janvier 2010 l'ancienne secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton. Si les Etats-Unis n'entendent pas remettre en cause cette posture héritée de la seconde guerre mondiale et jamais infléchie tout au long de la guerre froide, force est de constater la mise en œuvre progressive par les Américains d'une stratégie de "rééquilibrage", dite du "pivot", au profit de la région Asie-Pacifique, avec en toile de fond l'émergence de ce que certains n'hésitent pas à appeler un nouveau "G2" Etats-Unis/Chine...

Porté par le Président Obama en personne, ce basculement du centre de gravité de la politique étrangère américaine vers l'Asie et le Pacifique s'opère de manière d'autant plus mécanique qu'il s'inscrit dans le contexte du retrait des forces américaines d'Irak, et très prochainement d'Afghanistan (fin 2014). Pour Washington, l'horizon stratégique à moyen et long-terme - qu'il soit économique, diplomatique ou militaire - doit donc bien être appréhendé prioritairement du côté de sa façade Pacifique. Mais les Américains ne comptent pas s'en tenir uniquement à un rôle d'observateur, loin s'en faut !

 

LIRE LA SUITE


Appel aux sociaux-libéraux déçus par François Hollande - Vous avez bien toute votre place à l’UDI

Publié le 01 Juin 2013

Tribune de Jean-Marie Bockel parue le 31 mai 2013 sur le site www.huffingtonpost.fr


On a coutume de dire – surement à tort – qu’une présidence se joue dans les cent premiers jours de mandat, moment crucial s’il en est pour se différentier de son prédécesseur, définir sa politique et imposer in fine son style présidentiel. Pour ce qui est de François Hollande, il n’aura toutefois fallu que quelques semaines pour que l’espoir suscité par le désir de « changement » fasse place à une profonde inquiétude, ressentie très largement par l’ensemble de nos compatriotes.

Rarement un Président de la République n’aura connu un tel désaveu dans les sondages aussitôt sa prise de fonction, éclipsant de facto le traditionnel « état de grâce » crédité généralement au nouveau locataire de l’Elysée. Un peu comme si, en cette période de crise et de profonds bouleversements, les Français ne croyaient plus en la capacité d’une majorité au pouvoir à tenir un cap clair pour juguler les difficultés auxquelles notre pays doit faire face.


LIRE LA SUITE


9 mai, Journée de l’Europe « Redonnons ensemble du sens au projet européen »

Publié le 10 Mai 2013

« Redonnons ensemble du sens au projet européen :
Osons une Europe plus ambitieuse mais pragmatique ! »

Jean-Marie Bockel, Ancien ministre, Sénateur du Haut-Rhin, Vice-président de l’UDI et membre de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe


Triste constat. En ce jeudi 9 mai, rares sont nos compatriotes ou nos politiques à célébrer la journée de l’Europe. Sans vouloir s’ériger en donneur de leçons, cette situation amène toutefois quelques observations.

Jacques Delors avait l’habitude de dire que « L’Europe, c’est comme une bicyclette, quand elle n’avance pas, elle tombe. » Cette image de la construction européenne met clairement en exergue les ambivalences de l’Union européenne, structure aux potentialités multiples, portée par l’espoir de coopérations toujours plus renforcées, mais où l’immobilisme, résultant de la difficile prise de décision à 27, l’emporte trop souvent.

Si l’Europe n’a jamais été aussi efficace que lorsqu’elle était en mouvement, notamment au travers la mises en œuvre « de réalisations concrètes », force est de constater qu’elle doit aujourd’hui faire à de profondes mutations, qu’elles soient économiques et financières, politiques ou bien même stratégiques. A l’heure de la globalisation et de l’émergence de nouveaux pôles de puissance, l’Europe est contraint de s’adapter, au risque de ne plus trouver sa place dans ce nouvel ordre mondial…

LIRE LA SUITE


« Un problème de leadership »

Publié le 06 Mai 2013

« Ça n’est pas un problème d’intelligence, ni de volonté de bien faire , commente pour sa part Jean-Marie Bockel, président de la M2A (Mulhouse Alsace agglomération) et prédécesseur de Jean Rottner au poste de maire de Mulhouse. François Hollande est également quelqu’un de sympathique et qui aime son pays. Tout cela n’est pas en question. Simplement, il a, au plus haut de l’État, les mêmes défauts qu’il montrait déjà à la tête du PS, où je l’ai bien connu. Je lui en ai même parlé directement, à l’époque. Cette difficulté à savoir trancher, ce problème de leadership, c’est l’une des raisons pour lesquelles je me suis éloigné du PS. Or aujourd’hui, il se comporte encore comme le dirigeant indécis du parti socialiste. De ce grief découlent tous les dysfonctionnements observés depuis un an. »

N’en jetons plus. Seule exception notable concédée par Jean-Marie Bockel : l’intervention au Mali. « Là, Hollande a su prendre la bonne décision et trancher à temps, sur un sujet lourd de conséquences. C’est justement cette capacité à trancher qui lui manque le reste du temps. »

 

LIRE L'ARTICLE


Jean-Marie BOCKEL salue les dispositions du nouveau Livre Blanc en matière de cyberdéfense

Publié le 30 Avril 2013

Paris, le 29 avril 2013

Jean-Marie BOCKEL, ancien ministre, Sénateur du Haut-Rhin, auteur d’un rapport d’information sur la cyberdéfense présenté au nom de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat, tient à saluer les dispositions du nouveau Livre Blanc en matière de cyberdéfense, en dépit de réserves sur l'orientation générale du texte et notamment au sujet de la réduction annoncée de plus de 20 000 hommes, qui pourrait être de nature à remettre en cause à long terme la performance de notre outils de défense.

En effet, le nouveau Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité nationale, remis au Président de la République lundi 29 avril, confirme l’importance des menaces qui pèsent sur la sécurité des systèmes d’information et identifie très clairement les cyberattaques comme « une menace de première importance » pour la France et ses alliés.

 

LIRE LA SUITE


Référendum du 7 avril - Jean-Marie Bockel : « les élus étaient top ambigus »

Publié le 08 Avril 2013

À la préfecture de Colmar, Jean-Marie Bockel, sénateur et président du m2A s’est dit « déçu. J’ai milité pour le Oui. Je pense que nous n’étions pas assez pédagogues. Les électeurs n’ont pas compris l’enjeu qui était trop institutionnalisé, pas assez en phase avec leurs soucis de crise. Le clivage est dû à des raisons objectives. Le Haut-Rhin est loin des lieux de décision. D’autre part les élus du Haut-Rhin ont été trop ambigus, notamment le président du conseil général 68. »

Retrouvez cet article paru le 7 avril 2012 sur le site www.dna.fr


Référendum du 7 avril : les députés et sénateurs du Haut-Rhin disent oui

Publié le 05 Avril 2013

Ils font partie de l'UMP, de l'UDI de Jean-Louis Borloo ou de la Gauche moderne pour Jean-Louis Bockel. Ils signent un courrier commun appelant à voter oui au référendum du 7 avril.

Jean-Marie Bockel (Gauche moderne), Jean-Louis Christ (UMP), Arlette Grosskost (UMP), Francis Hillmeyer (UDI), Jean-Louis Lorrain (UMP), Jean-Luc Reitzer (UMP), Michel Sordi (UMP), Eric Straumann (UMP), Catherine Troendlé (UMP)...

9 députés et sénateurs du Haut-Rhin appellent clairement à voter oui au référendum de ce dimanche dans un courrier commun.

Argument-phare : "peser plus fortement face à Paris, face à l'Europe, face à nos voisins suisses et allemands" avec des "services mieux répartis entre nos grandes villes et mieux équilibrés sur le territoire".

Retrouvez cet article de C. Dengall plublié le 4 avril 2013 sur le site alsace.france3.fr


Intervention de Jean-Marie Bockel au Conseil de l'Europe sur le Mali et l'Azerbaïdjan

Publié le 25 Janvier 2013

Jean Marie BOCKEL, membre de la délégation française à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, sénateur du Haut-Rhin et ancien ministre, est intervenu en séance lors de la session ordinaire notamment sur le Mali et l'Azerbaïdjan.

 

A l’occasion de l’examen du rapport sur le respect des obligations et engagements de l'Azerbaïdjan, adopté par l’Assemblée, Jean-Marie BOCKEL a rappelé que le conflit avec l’Arménie, qui continue de maintenir plus de 10 % de la population azérie en situation de réfugié, ainsi que les tensions récurrentes dans la région, constituaient de véritables freins à l’enracinement de la démocratie dans le pays.
Tout en reconnaissant que des progrès restaient à accomplir en matière d’État de droit et de protection des droits de l’Homme, il a salué les investissements consentis par Bakou dans le domaine économique, qui contribuent au bien-être de la population en permettant l’accès à un certain nombre d’infrastructures modernisées (hôpitaux, écoles, etc.).

LIRE LA SUITE


16 janv : Mali - Jean-Marie Bockel invité du 19h de Public Sénat

Publié le 18 Janvier 2013

Le Mali en débat dans l'Hémicycle : Jean-Marie Bockel invité du 19h de Public Sénat



Patrice SCHOENDORFF à l’initiative de la création sur Lyon d’un cercle Martin Luther KING

Publié le 18 Janvier 2013

Il apparaît clairement que persistent toujours d'importants problèmes concernant le place de la "Diversité "et sa reconnaissance dans l'espace lyonnais, voire français, tant au plan économique, social, qu'au plan artistique et politique .

Pourtant de nombreux combats et initiatives ont été menés par le passé ( marche des beurs, France Plus, AFAJ, Club Convergence, comité des amis lyonnais de Barack Obama …).

Même si ces initiatives ont contribué à fragiliser le fameux " plafond de verre", celui ci est toujours bien présent, il n' a pas été totalement brisé et il empêche ou contraint encore beaucoup de personnes issues de la diversité, les empêchant de se se réaliser véritablement...

Trente neuf acteurs de la diversité sur Lyon et banlieue, d'origine et d'obédience diverses, y compris sur le plan politique : chefs d'entreprise, avocats, médecins, policiers, journalistes, enseignants, etc… Tous reconnus dans leur domaines d'activité et leur militantisme en faveur de la Diversité ou de la lutte anti-raciste ont décidé de se réunir et de créer le Cercle Martin Luther King de Lyon.

 

LIRE LA SUITE


Mali : Il fallait agir vite… Communiqué de Jean-Marie Bockel

Publié le 12 Janvier 2013

Communiqué de Jean-Marie Bockel


La France a décidé d’engager le combat contre les forces terroristes qui s’étaient emparé de la ville stratégique de Konna, sur les rives du fleuve Niger. Face à la menace qui pesait sur ce qui restait de l’intégrité territoriale malienne, la communauté internationale se devait de réagir très vite. Le Président de la République l’a fait et il faut s’en réjouir, sans polémique.

Les troupes terrestres - notamment les forces spéciales du dispositif « Sabre », déjà présentes au Mali - ainsi que des moyens d’appui aérien venus du Tchad, entrés en action aujourd’hui doivent être soutenus par l’ensemble de la Représentation nationale.

En tant que parlementaire de l’UDI, je me réjouis que le Premier Ministre ait décidé de nous réunir lundi pour nous associer et nous tenir ainsi informé de la réalité opérationnelle sur le terrain.

Néanmoins, il faut désormais assumer une opération qui ne saurait se résumer à la reconquête d’une seule localité, si stratégique fusse-t-elle.

Je n’oublie pas les huit otages français encore détenus par AQMI dans le nord du Mali ainsi que l’angoisse de leurs proches.

La France s’est engagé aux côtés d’une armée malienne, qu’il reste à encore à mieux former, afin qu’elle puisse recouvrer son intégrité territoriale qui lui fait défaut depuis bientôt un an par ses propres moyens.

Désormais, toutes les réticences pour la mise en place de la force militaire de la CEDEAO (Afisma) ainsi que celles retardant la mission de l’Union européenne (EUTM-Mali) doivent être dépassés afin que l’unité européenne soit au rendez-vous de ses responsabilités.


Jean-Marie BOCKEL


Communiqué : La Gauche moderne devient un parti associé du Parti radical

Publié le 09 Décembre 2012

Communiqué de La Gauche Moderne

Jean-Marie Bockel, président de La Gauche moderne, et Jean-Louis Borloo, président du Parti radical, ont annoncé ce jour lors du 113e congrès du Parti radical la signature d'une convention d'association entre les deux partis.

La Gauche moderne devient un parti associé du Parti radical.

Membres fondateurs de l'Union des démocrates et indépendants (UDI), les deux partis ont réaffirmé comme priorité la poursuite du développement de l'UDI qui a vocation à devenir la principale force politique dont notre pays a besoin.


Vidéo Sénat « Débat sur l'emploi, la formation et la qualification des jeunes »

Publié le 06 Décembre 2012

Vidéo Sénat « Débat sur l'emploi, la formation et la qualification des jeunes »


Jean-Marie Bockel « Emploi des jeunes : il faut une politique globale »

Publié le 06 Décembre 2012

Trop de jeunes sont privés d’emploi. Si l’obtention d’un diplôme augmente les chances de trouver un emploi, la moyenne du chômage des jeunes actifs de moins de 25 ans représente près du double de la moyenne nationale. Pour Jean-Marie Bockel, sénateur du Haut-Rhin, ancien ministre et intervenant pour le groupe UDI-UC lors du débat sur l’emploi, la formation et la qualification des jeunes cette situation est très préoccupante : « Les jeunes sont l’avenir de notre pays, ils sont l’investissement le plus porteur qu’une nation puisse faire. Montrez-moi l’état de votre jeunesse et je vous dirai quel avenir vous vous préparez. »

Face à un problème d’une telle ampleur, Jean-Marie Bockel s’inquiète du retour en arrière opéré par le Gouvernement : « A une véritable politique transverse de la jeunesse, à une prise en compte dans sa globalité de la condition des jeunes, comme nous l’avions mise en œuvre en 2009 avec le plan " Agir pour la jeunesse ", vous avez préféré l’approche sectorielle classique puisqu’il n’est plus question que d’un volet " jeunes " au sein des politiques de l’emploi de la formation initiale et continue.


LIRE LA SUITE


J-M Bockel : « À l’UDI, la dynamique est en ce moment très bonne »

Publié le 04 Décembre 2012

Interview de Jean-Marie Bockel par Benoit Montaggioni

Jean-Marie Bockel, membre fondateur de l’UDI et président de « La gauche moderne », était hier à Chalon pour parler ouverture et municipales de 2014.



Vous avez rejoint l’UDI de Jean-Louis Borloo, mais depuis la fin de l’UDF, y a-t-il encore une vraie place pour le centre en France ?

C’est vrai que le centre s’est éclaté en de petites chapelles et a sans doute perdu en crédibilité pendant plusieurs années. Mais quand à l’UMP on me disait : « Rejoignez-nous, de toute façon le centre n’existe pas », je répondais : « Vous vous trompez ». Il y a aujourd’hui en France une vraie place pour un courant de pensée centriste avec une sensibilité plus européenne, plus sociale libérale. L’UMP est notre partenaire naturel, mais je crois qu’il est bon d’avoir deux formations politiques distinctes.

Quand à l’UDI, on regarde ce qui se passe à l’UMP, on se frotte les mains ?

Non pas du tout, ce n’est pas une bonne nouvelle. Nous sommes respectueux de notre partenaire et ce n’est pas notre rôle de leur donner des leçons ou même des conseils. J’estime que tout ce qui affaiblit l’opposition nous fait, au final, du tort à tous. En revanche ce qui est vrai, c’est qu’à l’UDI, la dynamique est en ce moment très bonne. L’actualité à l’UMP a peut être mis cette dynamique en lumière, mais nous nous refusons à jeter de l’huile sur le feu.

LIRE LA SUITE


Jean-Marie Bockel : La France a besoin d'un Centre fort

Publié le 21 Octobre 2012

La politique est souvent histoire de symbole

En lançant sur les fonts baptismaux l'Union des Démocrates et Indépendants (UDI) ce dimanche 21 octobre en ce lieu emblématique des combats sociaux, qu'est la Mutualité, Jean-Louis Boorlo lance bien plus que le rassemblement des familles centristes éparpillés entre les deux partis majoritaires d'alternance!

La création de ce nouveau parti de plein exercice va, en effet, bien au-delà de la simple addition de plusieurs formations politiques jusqu'à présents éparpillées entre la gauche et la droite. C'est justement cette dynamique de l'unité retrouvée, du mouvement de rassemblement d'idées et de talents qui s'engage qui en fait justement sa force créatrice.

La Gauche Moderne, qui a défendu, en soutien participatif à l'ancienne mandature comme dans son opposition active à l'actuelle, le réformisme, le progressisme, le social-libéralisme, l'Europe sociale et politique comme des valeurs cardinales de la vie politique française se devait de répondre présente pour le lancement de ce nouveau parti!

Confirmation d'un choix que nous avions déjà défendu, du reste, durant les dernières élections législatives et dont nous n'avons eu de cesse de rappeler la pertinence depuis l'élection présidentielle du 6 mai dernier.

Le bureau politique de La Gauche Moderne a ainsi adopté à l'unanimité les modifications statutaires permettant à tous ses membres d'adhérer à l'Union des Démocrates et Indépendants (UDI) en conformité avec son pacte fondateur présenté à la Mutualité et qui sera confirmé lors du Congrès fondateur en mars prochain.

LIRE LA SUITE


Communiqué : La Gauche Moderne entre à l’Union des Démocrates et Indépendants

Publié le 19 Octobre 2012

Communiqué de La Gauche Moderne

Vendredi 19 octobre 2012

Le Bureau Politique de La Gauche Moderne a adopté à l’unanimité les modifications statutaires permettant à La Gauche Moderne et à tous ses membres d’adhérer à l’Union des Démocrates et Indépendants en conformité avec le pacte fondateur de l’UDI.

Le Président de La Gauche Moderne demande à tous ses adhérents et sympathisants de considérer l’UDI comme leur nouveau parti. L’UDI est maintenant notre famille politique. Il ne faut pas pour autant considérer que nous abandonnons notre identité et notre parcours spécifique, bien au contraire c’est dans ce nouveau mouvement qu’elle s’épanouira. Nous allons nous enrichir les uns les autres car l’UDI ce n’est pas simplement une addition de plusieurs formations politiques cela va bien au-delà, c’est en tous cas l’objectif de ce parti qui doit avoir de grandes ambitions pour les français et pour notre pays.

Jean Marie BOCKEL appelle les adhérents et sympathisants de La Gauche Moderne à s’engager résolument dans la construction de l’UDI avec Jean Louis BORLOO. Soyez des acteurs dans la construction de cette force politique centrale dont la France a besoin.

Venez nombreux ce dimanche 21 octobre à la mutualité pour porter sur les fonds baptismaux l’Union des Démocrates et Indépendants.


Réaction à l'ntervention télévisée Jean Marc AYRAULT

Publié le 29 Septembre 2012

Communiqué de La Gauche Moderne

Réaction Intervention télévisée

Jean Marc AYRAULT

Des paroles OUI et des actes QUAND ?


Vendredi 28 septembre 2012


Jeudi soir, Jean-Marc Ayrault a voulu rassurer les Français, sur son autorité personnelle et sur la réponse du gouvernement face à la crise qui frappe de plus en plus durement notre pays.
La barre symbolique des 3 millions de chômeurs vient d'être franchie.
Sur son autorité personnelle, après les paroles, nous attendons les actes : la majorité gouvernementale doit voter unanimement le traité européen ce mardi. Honnêtement, Jean-Marc Ayrault a reconnu que le texte n’a pas été renégocié. Il a aussi reconnu qu’aujourd’hui, le contexte faisait que la ratification du traité européen était une nécessité pour sortir l’Euro et donc l’Europe de la crise. Tous les députés de la majorité gouvernementale doivent mesurer la responsabilité qui est la leur et assumer leur participation au gouvernement. Tous les députés de la majorité gouvernementale doivent ratifier ce traité sous peine de voir l’autorité et la crédibilité du gouvernement affaiblie.

LIRE LA SUITE


La délégation de La Gauche Moderne aux Ateliers du Parti Radical du Vaucluse - 23 sept 2012

Publié le 24 Septembre 2012

La délégation de La Gauche Moderne aux Ateliers du Parti Radical du
Vaucluse à l'Isle Sur Sorgue le 23 septembre 2012


La Gauche Moderne de Bockel confirme son adhésion à l’UDI de Borloo

Publié le 24 Septembre 2012

La Gauche Moderne (LGM), composante de la galaxie centriste issue du centre-gauche, a confirmé samedi à Mulhouse son adhésion au nouveau parti de Jean-Louis Borloo, l’Union des démocrates et indépendants (UDI), a annoncé son président Jean-Marie Bockel.


«Notre Conseil national, qui s’est réuni aujourd’hui (samedi 22 sept. 2012), s’est prononcé pour l’adhésion de la Gauche Moderne à l’UDI», a dit à l’AFP l’ancien ministre (PS) de François Mitterrand, devenu ensuite secrétaire d’Etat de Nicolas Sarkozy après sa rupture avec la gauche. LGM devient ainsi la première formation politique à confirmer officiellement son adhésion au nouveau parti.
Cette décision a été avalisée en marge des «Rencontres nationales» de LGM, auxquelles ont notamment assisté Jean-Louis Borloo et Rama Yade (Parti radical), a précisé M. Bockel.
«Cette démarche nous permettra de porter nos valeurs de social-libéralisme en proposant autre chose qu’un face-à-face entre l’UMP et le PS, et de ne plus être un satellite de l’UMP», a argumenté l’ancien maire de Mulhouse…

 

LIRE LA SUITE


Centre : Jean-Louis Borloo trace la feuille de route de l’Udi

Publié le 24 Septembre 2012

Jean-Louis Borloo a profité des Rencontres de la Gauche moderne, hier à Mulhouse, pour jeter les bases de l’Union des démocrates et des indépendants.

« C’est une semaine incroyable pour nous tous ! » Le président de l’Union des démocrates et des indépendants (Udi) et du Parti radical, Jean-Louis Borloo, a pris à témoin, hier à Mulhouse, les militants de la Gauche moderne de Jean-Marie Bockel, mais aussi ses amis radicaux, sans oublier les représentants des courants centristes. L’ancien ministre faisait référence au lancement, mardi à Paris, de l’Udi, suivie, hier, de « cette première réunion familiale » en Alsace. L’occasion de saluer l’ancien maire de Mulhouse, « toi l’homme de gauche, l’homme social, libéral, européen », promu au rang d’ « éclaireur et de sentinelle » au sein de l’Udi, dont il est le vice-président.

 

LIRE LA SUITE