L'actualité de Jean-Marie Bockel

Sénateur du Haut-Rhin


Suivez l'actualité de Jean-Marie Bockel sur Twitter

Marianne - Bockel : “C’est un discours de haine”

Publié le 26 Aout 2010

Le secrétaire d’Etat à la Justice se dit « choqué » par les propos de Jean-François Kahn et fait entendre sa voix, parfois légèrement dissonante, sur la lutte contre l’insécurité.

Comment réagissez-vous à la une de Marianne, cette semaine, qui traite Sarkozy de « voyou » ?
Jean-Marie Bockel Je suis choqué. Qualifier de cette manière le Président, c’est indigne. Plus qu’un comportement de voyou, c’est un discours de haine qui ne grandit pas le média qui l’utilise. On franchit un nouveau palier dans les dérapages verbaux. Mais une telle outrance discrédite la démonstration, d’autant que cela ne correspond à aucune réalité.

F.-S. Michel Rocard a lui aussi taclé le chef de l’Etat en évoquant Vichy à propos de la déchéance de nationalité…
J.-M. B. C’est Rocard, vous savez ! Il a eu un coup de sang. Mais, bien sûr, il a eu tort de procéder à un amalgame avec les lois de Vichy. Concernant la déchéance de nationalité, on doit rester dans le cadre de situations exceptionnelles, cela ne doit pas être la législation ordinaire.

F.-S. La polygamie fait-elle partie de ces cas extraordinaires ?
J.-M. B. La déchéance de nationalité n’a pas vocation à être la réponse pénale à tous les délits graves.

F.-S. La gauche vous accuse de pourrir le débat en stigmatisant certains Français…
J.-M. B. Lesquels ? Les Roms ? Mais nous aurions dû le faire depuis longtemps ! Quand je vois, dans les reportages, certaines réponses apportées par des communes socialistes, je me dis que le PS n’est toujours pas sorti de son angélisme… Cela me rappelle ce que j’ai essayé de faire il y a quinze ans à Mulhouse. Je peux témoigner que l’intégration, ça ne marche pas. Les Roms sont en permanence sous le joug de ceux qui les exploitent et qui sont de leur propre communauté. Il faut combattre ces réseaux de manière policière.

F.-S. Le PS s’indigne que vous fassiez de la propagande…
J.-M. B. Ces critiques seraient intéressantes si le PS avançait des réponses à ces questions. Je me suis éloigné de ce parti (auquel il appartenait, NDLR) parce qu’il refusait de prendre le sujet à bras-le-corps. Ses dirigeants pensent que le procès d’intention fait à la majorité les dispense de balayer devant leurs portes.

F.-S. Le Président vous a confié une mission sur la prévention de la délinquance des mineurs. Où en êtes-vous ?
J.-M. B. J’y travaille : je dois rendre mon rapport après les assises du 14 octobre. Je vais écourter mes vacances pour étudier différentes propositions la semaine prochaine.

Retrouver cette interview parue le 11 août sur francesoir.fr

 


Les commentaires

le 29 Aout 2010, a écrit :
La Gauche Moderne se veut être l’aile gauche de la majorité présidentielle.
L’actualité autour de la déchéance de la nationalité française pour les délinquants « d’origine étrangère » ou encore la manière dont sont exploités médiatiquement le traitement et les expulsions des Roms en situation illégale, méritent à mon avis qu’une position propre à La Gauche Moderne soit annoncée.
Il ne s’agit pas de tomber dans le piège de la dénonciation des décisions annoncées par le Président de la République, ce serait une erreur.
Pour autant il y a une occasion de rappeler quels sont le rôle et le rang que La Gauche Moderne prétend tenir : la réforme juste.
Rappeler quelle est la loi, quels sont les droits et les devoirs des uns et des autres dans le cadre des valeurs de la république.
J’attends une expression du parti politique auquel j’ai choisi d’adhérer.
Merci

René Frieh
Maire adjoint à Colmar