L'actualité de Jean-Marie Bockel

Sénateur du Haut-Rhin


Suivez l'actualité de Jean-Marie Bockel sur Twitter

Le colloque de Jean-Marie BOCKEL place Beauvau

Publié le 01 Juillet 2011

Le colloque de Jean-Marie BOCKEL place Beauvau : « donner une impulsion nouvelle à la politique de prévention de la délinquance »

Mardi 28 juin 2011, Claude GUÉANT, ministre de l'intérieur, de l'Outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration a clôt le colloque organisé par Jean-Marie BOCKEL, parlementaire en mission sur la politique de prévention de la délinquance.

Deux fondements

Claude GUÉANT est d'abord revenu sur les deux idées fondamentales sur lesquelles se fonde la politique du Gouvernement en matière de prévention de la délinquance :

* première idée, prévention et répression sont inextricablement liées. Après avoir rappelé les résultats obtenus par le Gouvernement dans la répression des crimes et des délits, le ministre a souligné que cette politique ne pouvait se suffire à elle-même dans la mesure où elle intervenait une fois l'infraction commise et non en amont de celle-ci. Comme l'a alors mis en évidence le ministre, une politique de sécurité équilibrée, ce n'est pas prévention ou répression mais bien l'un et l'autre et même l'un pour l'autre : la certitude de la sanction constitue la première des préventions tandis que, parallèlement, l'efficacité de la prévention réduit les besoins en répression. Articuler prévention et répression, c'est ainsi viser non seulement la baisse objective de la délinquance mais aussi la promotion d'un climat de sécurité, double objectif qui constitue, aujourd'hui, le fondement du lancement du « patrouilleur » ;
* deuxième idée : la prévention de la délinquance est l'affaire de tous. Là encore, Claude GUÉANT a insisté sur l'idée que la prévention de la délinquance ne pouvait pas relever seulement de l'Etat ou des acteurs locaux de la sécurité mais de la combinaison de leurs efforts. Comme l'a souligné le ministre en s'appuyant sur ses déplacements sur le terrain, et notamment sur sa récente visite au Havre, lorsque, chacun dans son rôle, les différents acteurs de la sécurité, locaux et nationaux, publics et civils, travaillent en bonne entente, l'insécurité recule.


Une action déterminée

Claude GUÉANT a mis en avant le volontarisme du Gouvernement en matière de prévention de la délinquance. En effet, comme il l'a rappelé, c'est bien à lui que revient :

* la paternité de la loi novatrice du 5 mars 2007 qui fait du maire le pivot de l'action locale en matière de prévention de la délinquance et met à sa disposition un ensemble d'outils à la fois souples et adaptés ;
* la remobilisation des acteurs de la prévention de la délinquance en octobre 2009 via le plan national de prévention de la délinquance et d'aide aux victimes ;
* la nomination de Jean-Marie BOCKEL comme parlementaire en mission afin de réfléchir, déjà, aux impulsions futures de la politique de prévention de la délinquance de notre pays.

Le ministre est ensuite revenu sur les résultats de la loi du 5 mars 2007 en insistant sur la récente accélération de sa mise en œuvre démontrée par le suivi du comité interministériel de prévention de la délinquance :

* le nombre de conseils des droits et devoirs des familles [CDDF] a plus que doublé au cours des 6 derniers mois passant de 102 fin 2010 à plus de 230 aujourd'hui ;
* le dispositif de rappel à l'ordre qui permet au maire de donner une réponse rapide à tous ces comportements qui ne relèvent pas de la justice mais traduisent un mépris dangereux pour les règles informelles de la vie en société, connaît lui aussi un rapide essor : 543 maires en font désormais usage contre seulement 126 à la fin de l'année 2010 ;
* la transaction qui permet de faire réparer un dommage aux biens communaux par une participation financière ou un travail d'intérêt général de l'auteur de la dégradation connaît aussi une progression rapide : 140 communes l'utilisent désormais contre seulement 10 à la fin de l'année 2010.

Ce bilan de la loi de 2007 effectué, Claude GUÉANT a également insisté sur l'action conduite par le Gouvernement sur les autres piliers de la prévention de la délinquance :

* pilier de la vidéo-protection, d'abord, avec 37 000 caméras installés sur l'ensemble du territoire fin 2010 et une enveloppe de 30 millions d'euros mobilisée pour soutenir les projets 2011 ;
* pilier de la rénovation urbaine, ensuite, en partant du principe que l'aspect dégradé d'un cadre de vie favorise les comportements antisociaux ou illégaux ;
* pilier de l'éducation, avec les efforts faits pour empêcher les enfants les plus fragiles de décrocher du système scolaire.

Comme l'a rappelé le ministre en conclusion, ces efforts vont dans la bonne direction, celle d'une politique tournée non seulement vers le recul de la délinquance mais aussi vers la promotion de la citoyenneté. Ils doivent aujourd'hui être développés et amplifiés. C'est donc avec la plus grande attention que le Gouvernement prendra connaissance, le 14 juillet prochain, du rapport que remettra Jean-Marie BOCKEL au Premier ministre.

Retrouvez ce compte rendu paru le 30 juin 2011 sur le site du ministère de l'intérieur