L'actualité de Jean-Marie Bockel

Sénateur du Haut-Rhin


Suivez l'actualité de Jean-Marie Bockel sur Twitter

Interview Jean-Marie Bockel sur Europe 1 le mardi 2 novembre 2010

Publié le 02 Novembre 2010

Mardi 2 novembre à 7h40, Jean-Marie Bockel était l'invité de Marc-Olivier Fogiel sur Europe 1 :

Le secrétaire d'Etat à la Justice, Jean-Marie Bockel, a souligné mardi sur Europe 1 l'importance de la famille et des institutions éducatives dans la prévention de la délinquance juvénile. "La famille, elle a changé", a-t-il lancé. Selon lui, les parents en situation de détresse face à des adolescents plongés dans la délinquance doivent "accepter la main qu'on leur tend". Il a par ailleurs vanté les mérites de la "mise sous tutelle" et de la suppression des allocations familiales, épées de Damoclès brandies au-dessus des parents de délinquants. Aussi, Jean-Marie Bockel a évoqué l'efficacité des "stages anti-violence de quatre-cinq heures par jour pendant trois-quatre mois", à destination des jeunes délinquants. D'après le secrétaire d'Etat, les expérimentations menées en ce sens montrent que "trois gamins sur quatre ne recommencent pas."

 



Le secrétaire d'Etat à la Justice Jean-Marie Bockel a détaillé mardi sur Europe 1 le rapport sur la prévention de la délinquance qu'il doit remettre à Nicolas Sarkozy mercredi. (info.sfr.fr)

“L’originalité de ce rapport, c’est d’abord d’agir (…) non pas simplement sur les mineurs multirécidivistes pour les aider à en sortir, c’est agir sur les flux, c’est-à-dire tout faire pour que le gamin en difficulté ne bascule pas“, a détaillé le secrétaire d’Etat à la Justice Jean-Marie Bockel, mardi matin sur Europe 1, au sujet du rapport sur la prévention de la délinquance qu’il doit remettre à Nicolas Sarkozy mercredi.

Travailler le plus en amont possible dès qu’un enfant en difficulté est détecté est une priorité, car “on se rend compte que c’est parfois trop tard“, même en agissant dès le collège, a estimé l’ancien maire de Mulhouse.

Commandé par Nicolas Sarkozy après les évènements de Grenoble dans le quartier de la Villeneuve, ce rapport doit faire le bilan des différentes politiques de prévention de la délinquance juvénile. Car “le président n’est pas tout sécuritaire“, prévient Jean-Marie Bockel, avant d’ajouter : “on a toujours été dans une démarche équilibrée“.

Le secrétaire d’Etat à la Justice a ensuite défendu les nouvelles sanctions pour les parents d’“enfants à problèmes“, considérées plus comme une menace qu’un outil couramment utilisé. “Je pense que les mesures existantes en matière de mise sous tutelle, de suspension des allocations familiales, doivent exister pour qu’évidemment on n’ait pas besoin d’y recourir mais que ce soit une pression pour certains parents“, a-t-il estimé.

“Avec les contrats locaux de sécurité, les moyens des collectivités, des mairies se sont multipliés. (…) Les moyens existent, simplement souvent il y a du double emploi, souvent on ne sait pas qui fait quoi“, a-t-il regretté, présentant ainsi une autre conclusion de son rapport : rationaliser les politiques et les moyens de la prévention.

Bien que Jean-Marie Bockel présente ce rapport comme “une priorité du pays“, le talon d’Achille des politiques de prévention réside souvent dans le manque de moyens. Le secrétaire d’Etat à la Justice aura-t-il les moyens de ses ambitions ? “La réponse dépend du président de la République“, a-t-il conclu. (source Europe 1)

 

Minutes de l'interview :

Début : 07:41:47
Invité : Jean-Marie Bockel, Secrétaire d'Etat à la justice. Il rend demain à
Nicolas Sarkozy son rapport de mission sur la prévention de la délinquance
juvénile commandé après les événements de Grenoble. 07:42:18 J-M Bockel : la
discussion de début août avec Nicolas Sarkozy a porté sur le travail fait
comme maire et Président des maires de grandes villes et comme ministre de l'
intérieur. Le rapport de 15 mesures préconise d'agir sur les flux pour
éviter que le jeune en difficulté ne bascule pas. 07:43:24 Il y a 20 ans, il
y a les moyens de la PJJ, des juges des enfants, des éducateurs de rue qui
étaient en baisse. Depuis les moyens sont en hausse avec les CLS. Les moyens
des collectivit&e acute;s, des mairies comme Mulhouse se sont multipliés. 07:43:55
Le rapport préconise une relation avec la parentalité pour plus d'autorité
parentale. 07:44:34 Eric Ciotti est un bon exemple. 07:44:43 La suspension
des allocations familiales doit être comme une pression. Dans les
Alpes-Maritimes, Eric Ciotti a mis en place le contrat de responsabilité
parentale qui reprend le rapport. 07:45:15 A Berlin, depuis 17 ans, avant la
prison, des jeunes délinquants suivent des stages anti violence, et cela est
positif. 07:45:49 Au collège comme à Mulhouse, il y a un partenariat avec la
police et la justice, mais c'est parfois tard; il convient donc d'intervenir
plus tôt avec la participation de l'éducation nationale, les services de
santé et les services sociaux. 07:46:37 J-M Bockel est dans l'action avec
fermeté et prévention; il ne sait pas s' il restera au gouvernement, a de
bonnes relations avec son ministre de tutelle et n'a pas d'état d'âme. Il
serait présent dans la bataille de 2012.
Fin : 07:47:57