L'actualité de Jean-Marie Bockel

Sénateur du Haut-Rhin


Suivez l'actualité de Jean-Marie Bockel sur Twitter

Intervention de J-M Bockel au Sénat « sûreté nucléaire de ce jour au Sénat »

Publié le 08 Avril 2011

QUESTION D’ACTUALITE DU 7 AVRIL 2011

INTERVENTION DE M. JEAN-MARIE BOCKEL

Monsieur le Président,
Ma question s’adresse à Madame le Ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.
Madame le Ministre, depuis près d’un mois, le Japon est confronté à une catastrophe nucléaire.
Aujourd’hui, le temps est venu de tirer les conséquences de cette tragédie pour notre pays. Cette exigence de bilan et d information de nos concitoyens est d’autant plus impérieuse que la France possède un des parcs nucléaires parmi les plus denses au monde.
Deuxième producteur mondial d’énergie nucléaire après les Etats-Unis, elle compte 58 unités de production d’électricité répartis sur 19 sites capables d’honorer 78% de sa production totale d’électricité.
Ce retour d’expérience japonaise impose de nouvelles exigences en matière de sûreté de nos infrastructures et d’information de nos concitoyens. Dans un cadre de dispositifs de sécurité  déjà renforcé, les autorités en charge de ce dossier ont-elles travaillé sur des scenarii de cumul de risques, comme un risque terroriste couplé aux risques naturels ? Certes, les centrales nucléaires françaises sont conçues pour résister à des contraintes sévères. Aujourd’hui, le besoin est de s’assurer de leur résistance dans des situations bien plus dégradées, afin d’y apporter des modifications si nécessaires. C’est d’ailleurs – et je tiens à le souligner – ce que fit le gouvernement, au lendemain de la catastrophe japonaise, en mettant un place des dispositifs de surveillance renforcée, ainsi que des tests de résistance approfondis sur l’ensemble du territoire. Renforcer la sûreté de nos sites par des propositions innovantes et adaptées aux nouvelles situations de risques majeurs est aussi l’un des objectifs premiers du groupe d’étude sur la sécurité nucléaire - auquel j’appartiens - sous l’autorité de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques.
Mon département possède une des plus anciennes centrales nucléaires sur le site de Fessenheim. Mise en service dès 1977, cette centrale comporte deux réacteurs installés dans une zone sismique, zone située à proximité d’un important bassin démographique. Depuis plus de trente ans, elle fait l’objet d’une étroite surveillance et de contrôles réguliers. Mais la question se pose aujourd’hui de savoir si cela est suffisant.
Madame le Ministre, nos concitoyens éprouvent un besoin légitime et accru d’informations afin de mieux comprendre l’action du gouvernement dans le domaine de la sûreté nucléaire. Comment comptez-vous les éclairer davantage au regard de la tragédie japonaise ?

Réponse de Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie :

En réponse à la question du sénateur Jean-Marie Bockel ( L’Alsace d’hier), Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, rappelle que « la centrale de Fessenheim a été calculée pour résister à un séisme de 6,7 », qu’un audit de chaque centrale sera réalisé et qu’ « aucune décision ne sera prise avant communication des résultats de l’audit. Le Premier ministre a indiqué clairement que toute centrale qui ne passerait pas les tests de sûreté serait fermée. »