L'actualité de Jean-Marie Bockel

Sénateur du Haut-Rhin


Suivez l'actualité de Jean-Marie Bockel sur Twitter

Communiqué - Conclusion de la mission d’observation en Arménie

Publié le 20 Février 2013

Conclusion de la mission d’observation en Arménie :

« Une élection présidentielle globalement bien administrée dans le respect des libertés fondamentales, malgré la persistance de sérieux problèmes »

Paris, le 19 février 2013


Jean Marie BOCKEL, Sénateur du Haut-Rhin et membre de la délégation française à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), a participé à une mission internationale d’observation de l’élection présidentielle en Arménie le 17 et 18 février 2013.

Dans une déclaration publiée à l’issue du scrutin, la mission internationale, composée de représentants de l’APCE, du Parlement européen et de l’OSCE, conclue que « l’élection présidentielle arménienne a été globalement bien administrée et s’est caractérisée par le respect des libertés fondamentales, notamment de la liberté de réunion et d’expression. »

« Le processus électoral a enregistré des améliorations notables depuis la dernière élection présidentielle dans de nombreux domaines, en particulier concernant la couverture médiatique de la campagne et le cadre légal », souligne la déclaration.

Dans le même temps, un « manque d’impartialité de la part de l’administration publique et l’utilisation abusive de ressources administratives ont généré un certain flou dans la distinction entre les activités de l’Etat et celles du parti au pouvoir. »

Si la journée électorale s’est déroulée dans le calme, sans aucun problème majeur, les observateurs internationaux rappellent toutefois que des améliorations sensibles sont nécessaires pour que la population puisse avoir pleinement confiance dans le processus électoral.

Jean-Marie BOCKEL rappelle enfin que la question du conflit latent avec l'Azerbaïdjan voisin sur la situation du Haut-Karabagh et des provinces alentours, situés en territoire azerbaïdjanais et occupés militairement par l'armée arménienne avec la présence d'unités russes, et leur lot de personnes déplacées, reste posée de manière dramatique. Il faut absolument que le groupe de Minsk, auquel participe la France, reprenne l'initiative en vue d'une solution pacifique.