L'actualité de Jean-Marie Bockel

Sénateur du Haut-Rhin


Suivez l'actualité de Jean-Marie Bockel sur Twitter

Bockel remet le 3 novembre son rapport sur la prévention de la délinquance

Publié le 27 Octobre 2010

PARIS, 27 octobre 2010 (AFP) - Le secrétaire d'Etat à la Justice Jean-Marie Bockel remettra le 3 novembre à Nicolas Sarkozy son rapport de mission sur la prévention de la délinquance juvénile, qui prône une action "transversale, menée le plus en amont possible", a-t-il déclaré à l'AFP.
"Les réponses apportées jusqu'à présent ne sont pas à la hauteur du problème", affirme M. Bockel, rappelant que "la délinquance des jeunes a plus que doublé" en vingt ans, avec des actes "de plus en plus violents", des délinquants "de plus en plus jeunes", une implication croissante des filles...
"Les voyants sont au rouge", les réponses "ne sont pas à la hauteur du problème", estime-t-il, en préconisant une approche globale ("sociétale") sur trois terrains prioritaires d'intervention: "parentalité", "citoyenneté" et "espace public".
Il suggère qu'"un tableau clair de qui fait quoi" soit dressé dans chaque juridiction, ou chaque département, afin de cerner les besoins mais aussi pour "éviter les doublons" et utiliser au mieux les moyens. Parce que "parfois, ça part dans tous les sens", dit-il.
S'inspirant de "bonnes pratiques" mises en oeuvre par certaines municipalités, le rapport Bockel devrait notamment préconiser une prise en charge des adolescents exclus de leur collège ou lycée. Prenant en compte également "l'immigration, qui est une réalité", il devrait appuyer "une mise à niveau linguistique de certains parents".
Au total, il fera une quinzaine de propositions, avec "méthodes d'action" et "pistes concrètes", assure son auteur.
Investi début août par le président de la République de cette mission sur la prévention de la délinquance des jeunes, Jean-Marie Bockel, ancien maire PS de Mulhouse et ministre d'ouverture, affirme, à la veille d'un remaniement annoncé, que sa mission est "déconnectée de (son) avenir personnel".
La prévention de la délinquance des jeunes étant "l'affaire de tous", le dossier est "interministériel", souligne-t-il.
Il juge aussi "de bon ton de dire que beaucoup de rapports finissent dans des tiroirs". Mais en même temps, poursuit-il, "tout ce qu'on a fait de bien à un moment donné a d'abord été imaginé lors d'un travail d'évaluation et de proposition".