Rapport Bockel : les éducateurs de rue réagissent (lagazettedescommunes.com)

Article paru le 15 nov. 2010 sur lagazettedescommunes.com

Malgré le remaniement du gouvernement, le Comité national de liaison des associations de prévention spécialisée salue les propositions de l’ex-secrétaire d’Etat à la Justice, Jean-Marie Bockel, mais rappelle son attachement à la protection de l’enfance.

Le rapport Bockel sur la prévention de la délinquance des mineurs survivra-t-il au remaniement gouvernemental et au départ de son instigateur, l’ex-secrétaire d’Etat à la Justice, Jean-Marie Bockel ? Rien n’est moins sûr. Néanmoins, le Comité national de liaison des associations de prévention spécialisée (CNLAPS) a souhaité réagir aux préconisations visant à donner « une meilleure visibilité à la prévention spécialisée ».

Dans un communiqué diffusé le 15 novembre, le CNLAPS estime qu’ « au regard des moyens financiers importants consacrés à la vidéo-protection, cette volonté de faire le pari de l’investissement humain et éducatif pour contribuer à la prévention de la délinquance, est une avancée notable. A condition que cette proposition soit suivie d’engagements opérationnels et d’applications budgétaires ».

Toutefois, réagissant implicitement à la proposition de « rénover la doctrine d’emploi » des éducateurs, le CNLAPS rappelle que la place de la prévention spécialisée est « au sein de la protection de l’enfance, gage de son efficience par rapport aux problématiques des jeunes en difficultés aujourd’hui ».
« Par ailleurs, précise-t-il, si l’action de prévention spécialisée consiste à aller au contact des jeunes dans les espaces publics et de mettre en place des accompagnements éducatifs individualisés, sa mission est aussi de développer les ressources collectives des jeunes, de leurs familles, d’étayer les capacités citoyennes des habitants, donc à agir en partenariat sur la causalité économique et sociale de la délinquance. Nous regrettons à ce titre le silence de Monsieur Bockel à ce propos. La précarité, le chômage, le mal logement, la ghettoïsation, sont hors du champ des analyses et des considérations qui sont développées dans son rapport ».

Retrouvez cet article paru le 15 nov. 2010 sur lagazettedescommunes.com

 


0 réaction

Remise du rapport de Jean-Marie BOCKEL, sur la prévention de la délinquance des mineurs

Le 3 novembre 2010, le Président de la République a reçu Jean-Marie BOCKEL, secrétaire d'Etat à la Justice, qui lui a remis son rapport sur la prévention de la délinquance juvénile.
Cette mission lui avait été confiée par le chef de l'Etat le 3 août dernier en vue d'engager une large concertation avec les acteurs de la prévention et de la sécurité, d'expertiser les bonnes pratiques en France comme à l'étranger et de formuler en conséquence des propositions innovantes.

LIRE LA SUITE ET CONSULTER LE RAPPORT

 


Emmanuel Dupuy : Développer une culture de la résilience…pour prévenir la délinquance

Le parcours du civisme, de la citoyenneté et de l’esprit de défense n’est pas à découvrir, il doit être seulement mieux défini, et mieux balisé.

 

C’est dans cet engagement totalement citoyen pour la défense des valeurs de la République, et pour la promotion de tout ce qui constitue son existence, de l’économie au patrimoine culturel, que réside notre identité nationale.

 

 

LIRE LA SUITE

 


Prévention : Les centres fermés pour délinquants sont-ils efficaces ?

La lutte contre la délinquance des jeunes bute sur le manque de moyens des juges et des éducateurs. Résultat: peu d'options entre défaut de sanction et prison.
Lenteurs judiciaires, éducateurs surchargés, prévention défaillante... Les experts qui se réuniront le 14 octobre prochain autour de Jean-Marie Bockel, le secrétaire d'Etat à la Justice, pour faire le point sur la lutte contre la délinquance des mineurs, tireront un triste constat, à en juger par les chiffres. En 2007, date des dernières statistiques disponibles, pas moins de 300 000 mineurs ont été identifiés en situation de fragilité et de délinquance. Parmi eux, 76 046 ont fait l'objet d'une sanction après être passés devant un juge pour enfants - une augmentation de 1,6 % par rapport à 2006 - tandis que 211 809 autres ont été confiés, dans le cadre de la protection judiciaire, à l'Aide sociale à l'enfance (ASE) ou au secteur associatif.

 

LIRE LA SUITE

 


Pilier incontournable de la cohésion sociale : la Prévention

Le sentiment d’insécurité des populations en France, est devenu une réalité omniprésente dont le développement s’est progressivement détaché de celui de l’insécurité à proprement parler.
Ainsi la perception qu’ont nos citoyens de l’insécurité, tant qualitativement que quantitativement, ne coïncide que peu ou prou avec la réalité des risques en la matière.

Cependant, cette perception agit sur la réalité quotidienne et a contribué à la faire évoluer telle que nous la connaissons aujourd’hui.
Le développement de ce différentiel entre perception et réalité a, depuis plusieurs années, contraint les acteurs locaux à envisager différemment les actions à mettre en place
pour répondre, avec cohérence à ces deux aspects de l’insécurité.

 

LIRE LA SUITE